photo : @deggand

La passion de l’analogique
Argentique, vinyl-mania, camescope, filtres VHS, #35mm ou Glitch Art, nous assistons à un vrai engouement de la GenZ pour l’analogique.

Ce qui paraît être un effet de mode passager est cependant plus profond. Dans l’ère du tout digital, ce besoin de retour à l’objet n’est pas un simple fétiche mais une véritable quête de sens. Les 15/25 ans n’ont généralement pas connu ces objets venus d’un temps passé que l’on pensait obsolètes depuis l’arrivée du smartphone et du numérique.
Les raisons de ce nouveau boom sont nombreuses : l’esthétique pour se démarquer, la démocratisation de la pratique sur internet et la facilité d’information pour fabriquer. http://connorblakley.com/three-things-gen-z-is-bringing-back/

Ce rapport à l’objet est une notion importante car:

  • il y a une part de hasard dans le développement, de jolies échecs
    https://www.instagram.com/imthewitchfinder/ / https://www.instagram.com/simonalives/ / …
    Cette particularité se retrouve dans de nombreux aspects : le grain, la lumière, et même les défauts… qu’un filtre digital ne saurait reproduire… Cet accident chimique que l’on ne peut anticiper va à l’encontre de la photo numérique “lisse et parfaite” et offre un charme désuet avec un mode de production plus réfléchi et long: la SLOW-PRODUCTION.
  • Un outil offline pour figer le quotidien, éphémère pour figer dans la pellicule un sentiment ou un moment fugitif.

Ainsi, pour se distinguer du LIVE/FAST sur Instagram, les photos argentiques refont surface. Pinterest / Tumblr regorgent de photos argentiques et en font des médias utiles pour les créatifs.
Cette recherche esthétique est également liée à la volonté de reprendre les codes des ainés et les réinjecter à une culture actuelle. C’est un art de vivre ou nous voyons réapparaitre les magasins de disque, un laboratoire photo, …
Ainsi, Film Factory, un acteur reconnu dans la postproduction de long-métrages a ouvert l’année dernière, un laboratoire argentique à Paris.
De la même façon, cette madeleine de Proust se retrouve dans le retour sur le devant de la scène de marques étendards des 80’S/90’S sur le devant de la scène: Fila, Balenciaga, Calvin Klein,…
Des icônes graphiques cultes ressurgissent teintées de glitch ou détournées avec des produits modernes… les 15/25 ans se réapproprient des codes/marques phares pour mieux les adapter au monde moderne.
Il faut y voir là un joli clin d’oeil et une ouverture d’esprit ou l’outil ne fait pas la création mais se place comme un faire-valoir de la créativité.

b.baradat@prodds.net

Pour en savoir plus sur la GEN-Z, je vous invite à lire notre ebook Comprendre la Gen-Z en 10 points sur : “Comprendre la GEN Z en 10 points”